Capra – In Transmission

Pas de commentaires      107
Style: hardcoreAnnee de sortie: 2021Label: Metal Blade Records/Blacklight Media

Ayant récemment poppé au milieu du roster de Metal Blade Records, Capra est un jeune groupe de Louisiane qui avait jusqu’alors comme seul fait d’armes connu un deux-titres sorti l’an dernier. Le groupe mené par une certaine Crow Lotus reprend donc ces deux morceaux dans In Transmission et en ajoute neuf autres (en fait huit et une intro) durant cette nerveuse grosse demi-heure.

L’intro « [Exordium] » nous fait entrer en douceur dans cet album via une atmosphère émotive qui va crescendo avant l’explosif « Hollow Doll ». Ce véritable premier titre balance un hardcore nerveux et surmonté de blasts black metal, une puissance rappelant fortement l’esprit d’un Svalbard. Cependant Capra n’entend pas se complaire dans un modèle déposé et montre que ses influences sont diverses mais digérées. Ainsi « The Locust Preacher » oscillera entre gros groove, chaos façon Converge et accélérations endiablées entre les deux.

Chaque titre passant, Crow Lotus s’impose comme une vocaliste très charismatique, délivrant avec force et rage des textes engagés. Soutenue par une session rythmique qui appuie (et qui possède quelques aspects d’Every Time I Die dans son intensité, sur « Red Guillotine » notamment), elle instaure une énergie très communicative même si l’on passe du côté du désespoir à bien des moments (« Paper Tongues », « Samuraiah Carey », conclusion bien poignante qui marque le retour des blasts), et dégage même parfois un semblant de folie quand ses cris partent plus haut (« Mutt »).

In Transmission est un premier album cathartique à l’étonnante puissance viscérale. Totalement le genre d’énergie frénétique pouvant se propager à une foule conséquente lors d’un concert (vite qu’ils reviennent !). Très belle révélation.

  1. [Exordium]
  2. Hollow Doll
  3. The Locust Preacher
  4. Medusa
  5. Torture Ship
  6. Paper Tongues
  7. Mutt
  8. Transfiguration
  9. Red Guillotine
  10. Deadbeat Assaillant
  11. Samuraiah Carey

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *