Klone – All Seeing Eye

12 Commentaires      1 779
Style: metalAnnee de sortie: 2008Label: Season Of Mist

Jonben:

Une chronique à deux s’impose car ça fait un petit moment que Krakoukass et moi sommes persuadés que Klone est un des futurs grands de la scène metal française. A vrai dire leur parcours discographique me parait encore sans faute, après une démo prometteuse en 2002, leur 1er album, Duplicate, suivi rapidement du surprenant (par le changement de registre et de vocaliste) EP High Blood Pressure, qui marqueront nos esprits en 2004.

Comment s’expliquer alors que ce groupe de Poitiers ne soit pas parvenu à se faire un nom, a minima en France, alors que Klone existe depuis 1999? Le groupe aura mis du temps à trouver un label, la signature chez Season of Mist en 2007 a de quoi rassurer, espérons maintenant que le label saura soutenir ce second -et encore remarquable- album du groupe.

All Seeing Eye poursuit donc l’exploration du style assez unique du groupe, dans la veine d’High Blood Pressure, en proposant une musique qu’on pourra prendre comme un rock alternatif lorgnant sur le metal ou l’inverse (au choix), ici le grunge est brutalisé, le thrash contraint à promouvoir le groove et s’imprégner de mélancolie. Klone pratique un rock qu’on pourrait situer entre un grunge ne déniant pas ses origines pop, un stoner psychédélique et un metal moderne ayant fait ses gammes à l’écoute de Meshuggah ou Gojira, tout en démontrant une inspiration progressive constante, parfois même imprégnée de jazz, qu’apportent des arrangements fouillés et des plans surprenants d’originalité.

Difficile donc de ranger le groupe dans une case, et on ne peut pas non plus vraiment parler d’un album patchwork de différents styles tant ceux-ci sont fusionnés en un tout concret. On peut tout de même constater sur l’introductif « Candlelight » les aspirations clairement metal du groupe, avec ces riffs puissants axés sur des saccades soulignées à la double même si ceux-ci présentent toujours des incursions mélodiques autour desquelles se détachent une basse très présente et des sonorités synthétiques. Cette touche progressive supplémentaire est apportée en particulier par une basse virevoltante, d’ailleurs autant tout de suite souligner que le jeu de basse est brillant tout du long de l’album, il vole même souvent la vedette aux autres instruments. Tous les titres sont reliés par des sonorités superposées par le 6ème musicien du groupe, multi-instrumentiste qui rehausse tous les morceaux de nappes et bruitages, quand il ne prend pas le devant de la scène avec des solo de saxo ou des mélodies électroniques jouées avec une sorte de flûte électrique apportant un petit côté futuriste à l’ensemble.

A ce niveau soit la description vous a alléché soit elle vous laisse indifférent, vous pouvez imaginer un groupe prog metal mélodique un peu prétentieux mais sans grande envergure… sûrement qu’il manque à ce tableau pour vous convaincre un chanteur digne de magnifier le tout, ce qu’est sans aucun doute Yann, qui outre une polyvalence qui le voit passer de mélodies vocales faisant preuve d’un lyrisme touchant à des cris déchirants digne du chanteur d’Hacride, possède un timbre très personnel que je n’hésiterais pas à comparer à de grands chanteurs de groupes alternatifs des 90s et c’est bien là ce qui fait que Klone n’est pas un groupe moyen, l’alliance entre des compositions fouillées et un chanteur remarquable fait mouche sur 12 compositions fouillées et intelligentes.

Krakoukass :

Avec All Seeing Eye, Klone réussit (après avoir sorti coup sur coup deux brillantes quoique bien différentes galettes), rien de moins que l’album de la consécration. Difficile de voir autrement un opus aussi riche, affichant de façon aussi confiante, une vraie identité (malgré une influence Gojirienne incontestable – mais néanmoins fort bien digérée) qui sort le groupe du lot et en fait désormais un des fleurons du metal (et même du rock au sens large) français. La chose est entendue, ceux qui ont imaginé que Klone et Hacride se parodieraient et se suivraient tels des jumeaux en mal de repères, en seront bien pour leurs frais. Klone se démarque vraiment de la concurrence (et du coup des éventuels… clones) avec ce nouvel album.
L’écriture est remarquable, le groupe se permet beaucoup : que ce soit proposer de la harpe en saupoudrage sur « Promises » ou carrément en solo sur « Hidden Ways », faire cohabiter un featuring de Joe Duplantier (chanteur de Gojira) avec du saxophone sur un même titre (« All Seeing Eye »), ou encore insuffler un feeling rock (« Promises » par exemple), voire même rock alternatif à certains titres, sans pour autant se départir de son style, de la touche Klone. C’est ainsi que sans trop savoir expliquer en quoi, quelques passages (sur « Promises » ou « Empire of Shame » notamment) me font ponctuellement penser aux Stone Temple Pilots, l’un des groupes phares du rock alternatif grunge de la grande époque américaine (venant de moi c’est un compliment – je préfère préciser).

Cela tient sûrement beaucoup aux prouesses vocales de Yann. Car il n’y a pas d’autres mots, sa prestation sur cet album est simplement remarquable. Capable de hurler et l’instant d’après d’aligner des refrains d’une somptueuse voix claire (mais légèrement rocailleuse – c’est ce qui en fait tout le charme) comme sur « Candlelight » ou « Freezing », le bougre est tout aussi capable d’aller chercher d’improbables tons qui font penser très très fort au timbre de Maynard Keenan (rien de moins que le chanteur de Tool excusez du peu).
La comparaison avec la bande à Keenan est d’ailleurs loin d’être absurde. Pas tant dans le style pratiqué, que dans cette liberté incroyable qui transparaît de l’écoute de All Seeing Eye sur lequel on sent comme rarement que le groupe (et en particulier Guillaume) a fait exactement ce qu’il voulait (jusque dans la pochette incongrue), quand il le voulait, sans se soucier le moins du monde de ce qu’on pouvait en penser (il fallait oser le saxo free jazz sur « Last Breath » avant un gros passage métal à fond de calle) : on ne trouvera pas ici trace de passages qui sonneraient forcés, ou trop réfléchis et du coup dénués de spontanéité et d’honnêteté.
Tout se tient, -et j’en mettrais ma main à couper- sans que le groupe n’ait eu à se forcer ou à ressentir une quelconque crainte du style : « est-ce qu’on peut mettre un passage calme ici ? Ca fera pas trop commercial ? ». Point de ça ici, non, tout s’emboîte, fluide, logique.

L’album n’est pas le plus violent du groupe, c’est même certainement le moins métal des 3 sorties (je ne compte pas les démos) de Klone, mais c’est un album d’une sincérité et d’une justesse simplement remarquables.
Espérons que cette sincérité et cette liberté qui font (c’est la contrepartie) de All Seeing Eye un album du coup assez difficile à catégoriser, ne nuisent pas à son succès, car s’il est déjà un premier album majeur à retenir de ce début d’année, c’est bien ce superbe 2ème (véritable) album de Klone.

Tracklist :

  1. candlelight
  2. all seeing eye
  3. promises
  4. hidden ways
  5. freezing
  6. empire of shame
  7. choked
  8. last breath
  9. not the end
  10. life expectancy
  11. commonplace
  12. nighttime
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 881 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

12 Commentaires

  1. kollapse says:

    Le premier album était bon, le EP excellent, donc dans la logique celui-ci devrait être énorme :-). La chro donne envie en tout cas, je dois dire que j’ai assez d’écouter le résultat, Klone est clairement un des groupes français métal les plus interessants de la scène.

  2. Myanmar says:

    Pure album de bésé !

  3. Tim says:

    Beurk j’ai jeté une oreille et j’aime pas du tout…
    J’ai l’impression que ce groupe à le cul entre deux chaises, j’ai l’impression d’ecouter un mix d’emo et de Detht technique mais tres mal foutut…
    ‘Fin bref c’est pas ma came
    A recommander aux Emogay en priorité…

  4. guim says:

    Le lien pour le site du groupe ne passe pas,dommage si on a envie de savoir à quoi ça ressemble votre truc ;)

  5. jonben jonben says:

    Suffit de taper Klone sur google, flemmard! Lien modifié.

  6. guim says:

    C’est la moindre des choses le lien qui marche,surtout pour un site de cette qualité ;)

  7. gemini_com says:

    De l’émo la dedant ? On peut ne pas aimer mais déceler de l’influence émo dans ce groupe est ridicule tant elle est inexistante…Grunge, ou stoner, à la limite..

  8. krakoukass Krakoukass says:

    Ouais c’est clair, ce pauvre Tim doit avoir un paquet de confiture lui obstruant les conduits…

  9. Monster says:

    « emo » c’est le terme qu’emploi certains ignares metalleux pour parler de la musique d’un groupe qu’ils n’aiment pas. A une époque c’était « néo metal » qui était utilisé dans ce contexte.

  10. jéjé says:

    Mon Dieu, quel album!Quant à ce 6eme musicien dont la chro parle, je touve qu’il apporte énormément. Si les mecs de Klone lisent ce message, je n’ai qu’un mot: bravo

  11. krakoukass Krakoukass says:

    Je maintiens quelques mois après ce que j’ai écrit, All Seeing Eye est vraiment un GRAND album…

  12. jéjé says:

    à Kraloukass: moi pareil, j’arrive pas à le retirer de mon MP3 pour faire de la place aux autres nouveautés! J’adore…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *