Bilan 2022 – jonben

Pas de commentaires      359
Annee de sortie: 2022

Comme tous les ans ces dernières années, j’en profite avec ce bilan 2022 pour rattraper tout ce que je n’ai pas chroniqué cette année (quarantaine, boite à gérer, progéniture etc).
Mon bilan annuel 2022 est assez disparate, des albums piochés dans des genres assez variés, tournant autour des musiques à guitares abordées par Eklektik, même si j’écoute aussi beaucoup de jazz cependant mais ce cas beaucoup moins les nouveautés.

J’ai trouvé en 2022 peu d’albums exceptionnels, mais c’est une question de goûts et d’opportunités, il y a tellement d’albums qui sortent que c’est impossible de tout suivre. Il faut dire que les deux dernières années avaient elles étaient chargées. Enfin 2022 a quand même vu énormément de bonnes choses, de quoi en ressortir les 10 albums m’ayant le plus marqué et 15 de plus que j’ai également beaucoup écouté.

Une fois n’est pas coutume, les genres les plus représentés dans ce bilan sont le « Prog Metal » et « Rock Progressif », le terme prog étant celui qui décrit le mieux mes écoutes, et il se décline en « Stoner/Sludge/Prog », « Death Progressif » et « Avant-Garde Black ».

 

Les 10 albums de l’année

Disillusion Ayam (Progressive Death Metal)

Le premier album de ce groupe, il y a quasiment 20 ans, m’avait mis une claque mémorable et a forgé mes goûts en matière de métal. Ayam n’est au final que leur 4ème album d’une carrière qui a repris il y a 2 ans après une pause de plus de 10 ans.
Disillusion propose un métal qui montre quelques fois ses dents avec des passages death metal mais la plupart du temps navigue dans des eaux metal plus ou moins rageuses, mais toujours prog, parfois acoustiques, avec des arrangements de violons/violoncelles qui sont leur marque de fabrique. Certes j’aime le style pratiqué par le groupe à la base, mais cet album est le plus abouti et homogène qui m’a été donné d’écouter cette année, un voyage mouvementé avec ses accalmies, ses tempêtes, une vraie réussite.

Notre chronique : https://www.eklektik-rock.com/2022/12/disillusion-ayam/

Cave In Heavy Pendulum (Alternative Metal/Stoner)

Là aussi Cave In est un groupe que j’apprécie depuis longtemps, sous leur forme metal/hardcore, puis la transformation space rock et le retour vers un son plus brut récemment. On est en face d’un 3ème Cave In en fait, qui s’est vraiment trouvé une voie entre grunge, stoner et sludge, et qui le fait avec leur touche imparable, et la voix de Brodsky dont j’aime tous les projets depuis 20 ans.

Notre chronique : https://www.eklektik-rock.com/2022/05/cave-in-heavy-pendulum/

Charlie Griffiths Tiktaalika (Progressive Metal/Thrash)

Charlie est un des augustes guitaristes de Haken – groupe de metal prog que j’adore et qui a en quelque sorte pris la place de Dream Theater dans le genre – et voici son premier album solo. L’autre guitariste du groupe en avait fait un aussi d’ailleurs il y a 2 ans, plus jazz fusion dans l’esprit et instrumental. Celui que Charlie sort en 2022 est vraiment excellent, c’est vraiment un album travaillé, avec des riffs qui surement ne colleraient pas pour du Haken, car dans un esprit souvent plus old school/thrashy, mais ça reste un album de prog à 100%, du prog extreme multifacette. Si on ajoute là dessus que les chanteurs qu’il a invité sont ceux de Between the Buried and Me, Textures et Luna’s Call, on a là un album remarquablement à mon gout.

Psycroptic Divine Council (Technical Death Metal)

J’ai eu du mal à me faire au style de Psycroptic lors de ma découverte du groupe il y a quelques années, leur death technique étant assez unipolaire et sans répis,  mais j’aime beaucoup leurs derniers albums, peut-être car ils y instillent petit à petit un peu plus de mélodie. C’est brut de décoffrage, un condensé de technicité appliquée au death metal. Du riff incisif hyper groovy à la pelle. Une batterie à basse de double pédale. Des growls monocordes.
Ce nouvel album ne déroge pas à la qualité des précédents, leurs compositions sont toujours aussi ciselées pour un impact maximal. Plus de passages plus posés quand même, mas ça reste violent.

Notre chronique : https://www.eklektik-rock.com/2022/12/psycroptic-the-divine-council/

Revocation Netherheaven (Technical Death Metal)

Je suis déjà fan du groupe donc leur style m’est familier, tout en étant compliqué à décrire car le terme death/thrash peut être utilisé pour des groupes très différents mélangeant ces 2 genres majeurs du metal. Revocation serait l’épitome du death/thrash technique actuel, comme si ils proposaient une version évidente du genre avec un son et des influences modernes.
Bien sur ils pompent aussi sur beaucoup de groupes les ayant précédé, et ils ont parfaitement retenu leurs leçons, composant et exécutant des compos percutantes, riches en riffs, soignées de bout en bout. C’est extrême et sans chichis, mais ça reste accessible, aux mélodies diaboliquement mémorisables. Une vraie réussite dans la discographie désormais riche (8 albums et des EP) du groupe.

Animals as Leaders Parrhesia (Progressive Metal/Jazz Fusion)

Depuis l’arrivée du guitariste prodige Tosin Abasi sur la scène djent/metal prog il y a 10 ans, leur musique s’est établie comme une référence et ce 5ème album pose une nouvelle pierre à l’édifice tout en restant dans les limites de ce à quoi ils nous ont habitué jusque là. Animals As Leaders est un trio pratiquant un metal prog instrumental démonstratif, avec 2 guitaristes utilisant des 8 cordes leur permettant de simuler des sonorités de basses, parfois slapées. Les rythmiques polymétriques groovy, « djent », d’inspiration Meshuggah, sont toujours légion, et ce nouvel album revient vers ce son plus agressif, avec toujours des leads lumineux sublimes et des incursions jazz fusion bienvenues. Surement à réserver aux fans de guitares virtuoses comme je le suis, mais un album impeccable.

Porcupine Tree Closure / Continuation (Prog Rock)

De Porcupine Tree, groupe culte du rock progressif des annés 90 et 2000, je retiens surtout la période commençant avec In Absentia, puis se poursuivant avec Deadwing et Fear of a Blank Planet. J’avais moins aimé depuis, soit depuis 10 ans, et je suis aussi mitigé sur les albums de Steven Wilson en solo, même si j’ai beaucoup aimé certains titres de sa discographie. Cela dit, Porcupine Tree reste un de mes groupes préférés et ce dernier album voulu j’imagine comme un dernier est une fin en apothéose.

Notre chronique : https://www.eklektik-rock.com/2022/06/porcupine-tree-closure-continuation/

ObiatIndian Ocean (Stoner/Prog Metal)

Encore un album d’un groupe que j’écoute depuis des lustres, et qui n’ara jamais eu le succès qu’ils méritent pourtant, c’est même surement album le plus obscur de tout ce bilan. Le Stoner a pourtant le vent en poupe donc ça reste incompréhensible pour moi. Cet album les voit revenir avec un nouveau chanteur et dans une configuration un peu nouvelle, on sent que le groupe a pris le temps de peaufiner cet album au niveau composition comme production. Ça sonne comme du Obiat, toujours du gros son entre stoner et rock psychédélique, mais du Obiat travaillé, encore plus prog, avec des surprises sur tous les morceaux, des sonorités world, influences jazzy, chacun des 8 titres a sa patte. Bref un album exceptionnel pour un groupe aussi mineur.

King’s XThree Sides of One (Prog Rock)

Je ne connais pas bien la discographie de King’s X, qui ont débuté dans les années 80, mais j’aime beaucoup l’album Dogman de 1994, qui a ma connaissance est le plus metal au niveau riffs, le groupe étant plutôt dans un registre hard prog rock fin 80s, avec un coté funky/soul particulièrement niveau chant – le bassiste chanteur étant noir américain et a une voix très soul. Les mecs ont les cheveux gris mais toujours la même fougue sur cet album, leur nouveau depuis longtemps. Dès le titre « Let It Rain » ça démarre au quart de tour, on sent le trio hyper carré à jouer ensemble depuis si longtemps. C’est inspiré et sans temps mort sur un album entier, ça sonne actuel tout en restant authentique. Le gratteux prend le chant sur certains morceaux, ce qui apporte une variété bienvenue, même si on dirait presque un groupe différent du coup.

FallujahEmpyrean (Technical Death Metal)

Encore un groupe que je suis depuis un moment, et dont le parcours a été un peu chaotique. L’EP Nomadic m’avait impressionné en 2013, l’album qui a suivi The Flesh Prevails était excellent mais mal produit, le groupe s’est ensuite un peu perdu, perdant certains membres dont leur growleur, qui a été remplacé par un incompétent sur l’album précédent. Empyrean est cependant un retour en force avec un nouveau chanteur encore qui redresse la barre, et des compositions rappelant la vibe de The Flesh Prevails. Dans le death technique, Falujah a indéniablement une touche personnelle, ces mélodies éthérées qui contrastent avec les riffs death saccadés. Leur musique a évolué mais les gimmicks de Fallujah sont toujours bien présents donc on reconnait direct la patte du guitariste, ces sons de guitare dans les aigus façon tirs de lasers de vaisseaux spatiaux.

 

Les autres albums de l’année

Moon Tooth Phototroph (Prog/Alternative Metal)

Moon Tooth pratique une sorte de hard rock moderne, baigné de metal et de prog. Le guitariste comme le batteur ou le bassiste excellent à proposer des compositions travaillées, on est pas sur du hard rock à 4 accords mais plutôt sur une inspiration à trouver du coté de Mastodon, même si Moon Tooth a sa propre touche, lumineuse, portée par un chanteur sortant de l’ordinaire dans ses vocalises. Ce 3ème album n’est pas franchement différent des précédents, juste constant dans la qualité avec une nouvelle fournée de compos.

King Gizzard and The Lizard Wizard Ice, Death, Planets, Lungs, Mushrooms and Lava (Jazz-Rock/Psychedelic Rock)

Ces types sont dingues en terme de créativité, capables de sortir plusieurs albums par an. Cet album est le plus conséquent des 5(!) sortis en 2022, j’aime aussi beaucoup Omnium Gatherum mais il sonne plus je trouve comme une compilation de morceaux dans des genres très différents, celui là a une cohésion au niveau stylistique et semble avoir une sorte de concept. 7 morceaux sous forme de longs jams, navigant entre jazz rock et rock psyché, ça rappelle aussi un peu l’afro-beat, très 70s, avec des chants variés qui sonne très noir américain de cette époque.

Elder Innate Passage (Progressive Stoner Rock)

Un bon album de Elder mais un peu moins frappant que l’ont pu l’être les précédents. Forcément le style du groupe commence à être un peu redondant, cela dit ça fait toujours plaisir de les retrouver. J’ai adopté le groupe assez tard, avec Reflections of a Floating World en 2017 qui reste mon album favori du groupe, j’aime aussi beaucoup leurs premiers albums et Omens de 2020 m’avait bien plus malgré un style et une prod plus indie. Innate Passage revient vers un son gras, sur 5 longs morceaux entre 9 et 15 minutes, donc des trips progressifs aux nombreux rebondissements. Le chanteur est resté sur un registre plus clair qu’à leurs débuts mais c’est bien amélioré depuis Omens.

Notre chronique : https://www.eklektik-rock.com/2022/12/elder-innate-passage/

PsychonautViolate Consensus Reality (Post-Metal/Progressive Metal)

Psychonaut aura fait figure d’une petite bombe avec son album Unfold the God Man sorti en 2018 dans l’anonymat, puis en 2020 sur Pelagic, le label du meneur de The Ocean. Et le groupe belge est clairement dans la lignée du groupe Allemand/Suisse, proposant du post-metal, c’est à dire basé sur des atmosphères lancinantes, qui se développent progressivement, jusqu’à des explosions de rage. Le groupe a su se démarquer par ses riffs mais surtout par le chant remarquable à la fois en clair comme en hurlé.

Notre chronique : https://www.eklektik-rock.com/2022/10/psychonaut-violate-consensus-reality/

GreyhavenThis Bright and Beautiful World (Mathcore/Alternative Rock)

J’adore le single « All Candy », un tube rock alternatif tout en subtilité mais aussi en énergie, et j’aime beaucoup le chanteur, et sa voix suave, assurée. Ce qui est curieux c’est que c’est à la base un groupe bien plus énervé, jouant un metal hardcore chaotique très arraché. Le reste de l’album est plutôt dans ce genre et je suis preneur à la base de ce style de musique, complexe et hardcore à la fois, et il reste peu de groupes dans le créneau. Enfin « All Candy », aurait du être un tube intersidéral.

Notre chronique : https://www.eklektik-rock.com/2022/04/greyhaven-this-bright-and-beautiful-world/

Age of ApocalypseGrim Wisdom (Metal/Hardcore/Alternative)

Ce groupe avait été un coup de cœur pour leur album précédent il y a deux ans, et ils persévèrent dans un metal/hardcore aux riffs aiguisés, vraiment du bon riff hardcore qui chaloupe. Sur ces riffs, paradoxalement un chant clair dans la veine de Life Of Agony, mais le Life of Agony des débuts, quand il y avait du riff hardcore. Bref Age of Apocalypse ne font rien de nouveau, mais font ça bien. Ça doit être excellent sur scène, et avec un gros son, ça peut être la folie furieuse dans le pit.

BloodbathSurvival of the Sickest (Death Metal)

Le groupe all star du death metal suédois, qui était déjà un projet de retour à un death metal old school il y a 20 ans, revient vers un son plus proche de leur album culte Nightmares Made Flesh, et du coup ça me plait d’autant plus, même si en fait c’est le dernier morceau de l’album, le mid-tempo « No God Before Me » que je me suis écouté en boucle et un prochain album de titres plus dans cette veine tout en lourdeur et en puissance m’irait bien.

HathAll That Was Promised (Blackish Death Metal)

J’avais bien aimé leur précédent album, un death metal moderne tout en restant dans le genre relativement pur, enfin dans leur cas qui dévie plus vers le black, un black rageur, brutal. Je reprocherais d’ailleurs à ce nouvel album d’avoir un peu forcé sur ce trait, et réduit les cotés progressifs inspirés d’Opeth qu’on trouvait sur l’album précédent. Ça en reste un bon album, c’est brut de décoffrage, ça dynamite, ça disperse, ça ventile, avec toujours la petite mélodie subtile qui ressort du chaos.

White WardFalse Light (Atmospheric Black Metal with Progressive & Dark Jazz elements)

Un groupe de black metal, mais avec de vrais bouts de jazz dedans. Interludes jazz avec sax, mais aussi des incursions jazzy au sein des morceaux. Plus vraiment du black du coup, mais avec son esprit, sa noirceur, les mecs sont Ukrainiens en même temps. Pas mal de morceaux très longs, des changements stylistiques surprenants, c’est clairement du prog. Ma seule vraie référence en black est Enslaved, et il y a une certaine affiliation.

Gospel The Loser (Prog/Post-Hardcore)

Cette année fut définitivement celle du retour de quelques groupes qu’on croyait dissolu de longue date. Gospel avait 1 seul album à leur actif, The Moon is a Dead World, il date de 2005 et est pour moi un des meilleurs de screamo jamais enregistré. Il avait été produit par Kurt Ballou et ce deuxième album plus de 15 ans après est produit par le meme (il a aussi produit cette année le Cave In).
Gospel pratique donc du screamo, ou un post-hardcore hurlé, ici dans une version éminemment progressive, avec des claviers proéminents. Instrumentalement c’est excellent et original, mais je bloque souvent sur le chant. La voix a un peu changé (l’alcool?), moins hurlée, mais toujours rageuse, une voix d’alcoolo en nervous breakdown. Dommage avec un meilleur chanteur c’était un album exceptionnel.

Par ailleurs, le groupe a aussi sorti cette année un morceau de 21:41 enregistré il y a 15 ans, excellent, ne loupez pas ça si vous avez aimé l’album. https://gospel.bandcamp.com/album/mvdm

DoodseskaderYear One (Atmospheric Sludge Metal)

J’avais bien aimé l’EP de ce duo, qui marie des influences variées et potentiellement peu compatibles. Un batteur et un bassiste seulement, ça limite les potentialités, la basse est donc proéminente, avec un gros son saturé très sludge. Les riffs sont lourds et lents mais des éclaircies mélodiques très grunge dans l’esprit aèrent leurs morceaux. Le chanteur assure dans les registres clairs comme saturés, mais aussi dans des spoken words quasi rappés qui en conjonction avec des rythmiques presque trap ajoutent une touche à la fois incongrue et originale à leur musique.

Notre chronique : https://www.eklektik-rock.com/2022/12/doodseskader-year-one/

DoldrumThe Knocking, or the Story of the Sound That Preceded Their Disappearance (Avant-Garde Black Metal)

Premier album de ce groupe américain de black metal, mais pour que j’aime forcément c’est du black particulier.
En fait l’agressivité n’est pas leur credo, on est sur des rythmiques rock mid-tempo, partant parfois en blasts, mais jouées de façon organique, avec une batterie très naturelle, un son de guitare permettant de discerner toutes les subtilités, jouant beaucoup sur les dissonances. En fait ils ont tous les codes du genre, mais ont réussi à trouver un style bien personnel, et à poser une ambiance morbide et dépressive au possible.

Comeback KidHeavy Steps (Melodic Hardcore Punk)

Un petit iconoclaste dans ma playlist avec ce groupe de punk/hardcore mélodique qui m’a accompagné dans les années 2000. Les types ont toujours la même fougue et cet album apporte son lot de compos incisives, du riff propre à enflammer le moshpit, avec une agressivité retrouvée mais toujours quelques pointes mélodiques par ci par là.

Notre chronique : https://www.eklektik-rock.com/2022/02/comeback-kid-heavy-steps/

A Wilhelm ScreamLose Your Delusion (Melodic Hardcore/Punk)

Ça fait longtemps que j’apprécie A Wilhelm Scream tout en ayant une horreur du punk, d’autant plus dans sa version mélodique. A Wilhelm Scream ont tous les attributs du punk, mais aussi des guitaristes hyper doués, donc c’est une sorte de punk un peu technique, avec des duos de guitare façon Iron Maiden, mais dans un format, des rythmiques et un chant engagé façon punk.
Ils ont un morceau particulièrement que j’adore depuis sa sortie en 2004, « Mute Print », le premier morceau de l’album du même nom, il fait 1 minute 14, et j’ai rarement vu un groupe caser autant de choses en aussi peu de temps. Une intro de folie.
Le nouvel album est très bien, alors que les gars commencent à vieillir, tout comme Comeback Kid d’ailleurs, même génération.
Certes leur punk s’est légèrement adouci, mais ça dégomme quand même sérieusement. C’est pas du pop punk, même pas du Green Day encore moins de Sum 41 ou du Blink 182 (groupes dont je n’ai jamais été fan… allez j’ai beaucoup écouté le premier Green Day ado quand il est sorti).
A Wilhelm Scream, c’est un condensé d’énergie mais une énergie fun avec en plus une structure bien carrée, des chants en choeur réussis, du bel ouvrage.

Tiny Moving PartsTiny Moving Parts (Midwest Emo)

Encore un groupe un peu iconoclaste dans mes écoutes, et un album que j’ai bien apprécié cette année, comme leurs albums précédents en fait.
Le terme Midwest Emo c’est histoire d’utiliser le terme emo sans le coté péjoratif. En fait c’est plutôt du math rock mi chanté mi hurlé, et un esprit plutôt ado mais ado sérieux et émotif. En gros, ça n’a pas grand chose à voir avec l' »emo-core » cliché des années 2000. Tiny Moving Parts sont les meilleurs dans le genre pour moi, c’est un trio, ils vont droit à l’essentiel, le gratteux arrive à meubler seul avec des riffs en tapping inspirés, et il assure aussi en même temps le chant très caractéristique du style, ado middle class rebelle un peu loufoque. Curieusement c’est un groupe dont ma fille de 5 ans aime bien la musique.

jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 528 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *