Cave in – White Silence

Pas de commentaires      2 064
Style: rock psyché mega-burnéAnnee de sortie: 2011Label: Hydrahead Records

Le parcours de Cave In les a vu passer d’un hardcore métallique à cheval entre Converge et Slayer, époque Hydra Head Records, à un rock certes psyché et bien boosté mais devenant très pop sur Antenna et son tube « Anchor » qui semblait sortir d’un album des Foo Fighters. Ils étaient passés sur une major il faut dire mais en sont vite revenus, avec une période de flou de quelques années, puis un album en 2005, Perfect Pitch Black, recueil bancal de démos qui les voyait retrouver un son plus agressif.

Ce White Silence était assez inattendu il faut le dire après plusieurs années de silence et d’éparpillement des membres du groupe. On avait entendu leur leader Stephen Brodsky en solo et les cris surpuissants du bassiste Caleb Scofield dans son groupe sludge Zozobra et chez Old Man Gloom d’Aaron Turner d’Isis.

Le groupe revient vers une approche plus rugueuse et sortant des sentiers battus. Sans cependant retrouver les riffs thrashy des débuts, ils reprennent un gros son metal/hardcore noise aux guitares utilisant un panel impressionnant d’effets, saturations en tout genre, fuzz, crunchs, et delays qui apportent une touche psychédélique à l’ensemble.
L’album est ordonné d’une façon particulière, ainsi les 5 premiers titres sont les plus rentre-dedans, d’où ressortent un « Serpents » noise déchainé mené par la voix rageuse de Scofield et « Sing My Loves » qui reprend les sonorités spaciales de l’EP charnière dans leur carrière Jupiter enrobées de riffs au gros son sludge. Même principe sur le bien nommé « Summit Fever », le  sommet de cet album à mon avis. La fin de l’album présente des morceaux à la fois plus barrés, expérimentant sur les sonorités, et plus calmes, « Heartbreaks  » a une mélodie façon Beatles désenchantée, « Iron Decibels » est une ballade incantatoire lo-fi alors que « Reanimation » termine sur une touche alliant guitare acoustique et ambiance psyché, dans un crescendo très 70s.

Un bien bon retour donc, aussi bon qu’il était inattendu, des compos variées avec une vraie personnalité, difficile de les comparer ou de leur affubler un style particulier, White Silence englobe en fait tous les styles que Cave In a exploré dans le passé et les intègre avec cohésion. 9 titres pour une demi heure ça fait un peu court quand même.

[youtube width= »650″ height= »25″]http://www.youtube.com/watch?v=RoxKPS4fluQ

jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 497 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *