Horizon Ablaze – The Weight of a Thousand Suns

Pas de commentaires      329
Style: Death Black Avant-gardisteAnnee de sortie: 2018Label: Leviatan/Diger

3ème album pour ce groupe norvégien qui avait commencé ses performances discographiques long format en 2011 en balançant un album de death metal croisant le fer avec un groove occasionnel à la Pantera, et contenant même quelques incursions plus symphoniques. Le mélange était original, sans être complètement maîtrisé toutefois, et l’on sentait donc un groupe en pleine recherche de sa personnalité. Et puis il semblerait que le groupe ait découvert Gojira, puisque l’influence des basques est déjà perceptible sur plusieurs riffs de leur 2ème album Dodsverk (dont la pochette était déjà fort belle, bien que celle de ce 3ème album soit encore plus réussie) même si le ton est déjà éminemment plus agressif que chez les français. Un album sympathique mais à l’originalité encore bancale, et qui ne préparait pas à la belle réussite incarnée par The Weight of a Thousand Suns.

Les norvégiens ont en effet clairement franchi un palier, et cela s’entend dès le premier titre de l’album « Sleep is the Brother of Death » qui ressemble à du Gojira croisant le fer avec le versant le plus black de Barishi. Et le résultat est assez excellent. « Delusions of Grandeur » ressemble aussi à du Gojira à chant black, avec des incursions mélodiques en chant clair (de très bonne facture), mais les titres suivants vont vraiment permettre d’introduire le versant plus « avant-gardiste » du groupe, et avec lui ses influences à aller également chercher quelque part chez un Ihsahn (avec un meilleur chant) avec pourtant aussi des sonorités black qu’on retrouverait chez un MGLA. Vous l’avez compris, pas facile de circonscrire précisément les influences d’Horizon Ablaze, d’autant que le son des guitares m’a aussi fait à plusieurs reprises pcnser (comme sur « Ghost of a Previous Nightmare ») à celui des guitares de Beaten to Death, mais la comparaison avec les joyeux grindeux (accessoirement leurs compatriotes tiens tiens) n’est pourtant en rien pertinente quant au style pratiqué.

Un peu plus loin sur le mélancolique « The End of a Dream » c’est cette fois le chant clair qui prend les commandes sur les premiers instants du titre, avant qu’il soit rattrapé par le chant black, mais les deux chants aussi différents soient-ils, se complètent à merveille et sont gérés avec le même brio (formule qu’on retrouvera sur la conclusion de l’album en écoute ci-dessous « Insidious »). A l’inverse le morceau qui suit, qui alterne passages mid tempo et accélérations diaboliques (à nouveau un peu gojiriennes d’ailleurs), est intégralement chanté en voix black. Mais « My Soul Divided » démarre quant à elle avec un chant death, histoire de venir foutre le bordel alors qu’on croyait avoir réussi à comprendre et mieux caractériser la musique d’Horizon Ablaze.

Vous l’aurez sans doute noté, comme avec Barishi avec qui je continue un peu à les comparer du coup (même si le registre de Barishi flirte bien davantage avec le stoner), j’avoue avoir bien galéré pour réussir à décrire le style pratiqué par Horizon Ablaze, mais au final qu’importe : The Weight of a Thousand Suns est très bon, varié et satisfaisant à l’écoute. J’aurais peut-être personnellement préféré que le groupe réussisse à proposer plusieurs autres morceaux dans la veine de l’impressionnante entrée en matière de « Sleep is the Brother of Death », à l’efficacité jamais égalée sur la suite à mon avis, mais cela n’empêche pas l’album d’être très réussi et de constituer en outre un beau casse-têtes pour ceux qui aiment catégoriser les groupes et les mettre dans la bonne case. Et sur ce plan, je leur souhaite bon courage…

Tracklist :
1 – Sleep is the Brother of Death
2 – Delusions of Grandeur
3 – Ghost of a Previous Nightmare
4 – She Who Walks Upon the Sea
5 – The End of a Dream
6 – Behind the Veil
7 – My Soul Divided
8 – Insidious

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 841 articles sur Eklektik.

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *