Blame Kandinsky – Eclectic Ruiner

Pas de commentaires      228
Style: mathcoreAnnee de sortie: 2022Label: Venerate Industries

Déjà cinq longues années que Blame Kandinsky n’avait pas fait parler de lui. Le quartet grec nous avait enchanté à l’époque avec son Spotting Elegance In Chaos, modèle de mathcore moderne aux nerfs toujours à vif et aux influences diverses. Une diversité qui semble être le crédo du groupe sur cet Eclectic Ruiner (au nom ma foi plutôt plaisant même si avec des « k », ça aurait été franchement mieux !), second opus qui propose – comme son nom l’indique à nouveau – des ouvertures à son énergie chaotique.

Et du chaos, il y en a encore à foison chez Blame Kandinsky, sortant notamment de la guitare de Marios Samaris, offrant une multitude de plans techniques souvent barrés, sauf qu’ils sont ici davantage constellés de ralentissements et de mélodies plus facilement assimilables. Et si les comparaisons (autoproclamées) avec Botch et The Dillinger Escape Plan sont toujours d’actualité, celles-ci sont désormais accompagnées d’ouvertures plus émotionnelles (avec des plans qui rappelleront Birds In Row comme sur « Gertrude ») et de nombreux passages au groove ravageur dans l’esprit des regrettés Every Time I Die, le chanteur Stratos Isaakidis ouvrant lui aussi son spectre toujours avec frénésie mais aussi plus d’émotions à vif.

La réjouissante furie du premier album est intacte mais s’accompagne donc de mélodies qui rendent l’ensemble encore plus digeste que ce dernier. De nombreux passages catchy (la doublette « Complicit »/ »Ruined ») en chutes de tension plus pesantes (« Piquerism ») ou surprenants à base de breaks émotionnels sortis de nulle part (« Lisp » ou « Chasten » qui proposent tous deux d’étonnants ralentissements aux harmonies osées), avec une progression épique en guise de conclusion (« Ego. »), Eclectic Ruiner poursuit le carnage entamé cinq ans plus tôt, délaissant un peu la migraine math au profit d’une intensité mélodique héritée de The Chariot. Une grosse mandale pleine de nerfs et de fraicheur qui confirme tout le bien que l’on pensait déjà de Blame Kandinsky, à (re)découvrir en live très prochainement !

  1. Vague
  2. Complicit
  3. Ruined
  4. Discomfort
  5. Empty.
  6. Piquerism
  7. Gertrude
  8. Lisp
  9. Delusional
  10. Chasten
  11. Ego.

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *